mise à jour le 19 Décembre 2006
 
 
UN PRIX NOBEL AU PALAIS
"WHEN THE UNIVERSE RANG :
HARMONICS IN  THE EARLY UNIVERSE"
(Quand l'Univers sonna : les harmoniques de l'Univers primordial)
Par le professeur GEORGE F SMOOT
Prix Nobel de Physique; Département de Physique de Berkeley Californie
Au Palais de la Découverte Av F Roosevelt Paris 8ème
 
le Jeudi 14 Décembre 2006 à 19H00
 
 
 
 
Textes et Photos : n'ayant pas pu pour raisons familiales assister à cette exceptionnelle conférence, j'ai passé la souris et l'APN à mon ami Bernard Lelard, un grand merci à lui.
 
On voit Bernard ici à gauche sur la photo à côté du Professeur Smoot ce soir là au Palais de la Découverte.
 
Les slides sont du Professeur Smoot.
 
 
 
 
 
 
 
 
BREF COMPTE RENDU
 
 
 
Le CNRS, le CNES, l'Académie des Sciences, le Collège de France et le Palais de la Découverte avaient le plaisir et l'honneur d'accueillir George SMOOT, Prix Nobel de Physique 2006, à Paris le lendemain de sa remise de médaille à Stockholm.
Cette conférence "grand public" était donnée en anglais, avec une traduction simultanée.
 
 
Nous avons déjà sur ce site parlé des prix Nobel de physique 2006, il a été attribué à deux chercheurs en astrophysique américains : John Mather et George Smoot.
C'est ce dernier qui donnait cette conférence au Palais de la Découverte.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
On voit ici de gauche à droite : le professeur Smoot au pupitre, Stavros Katsanevas de l'IN2P3 et François Bouchet, Directeur de recherches au CNRS, IAP et participant au satellite Planck successeur de COBE et WMAP.  
Jean Michel Alimi Directeur du LUTH (Laboratoire Univers et Théories) était aussi bien sûr présent.
 
George Smoot, après une laborieuse adaptation de son PC avec le vidéo projecteur, est accueilli par le directeur du Palais de la Découverte, Jack Guichard, qui rappelle que la Palais reçoit pour la deuxième fois un prix Nobel de Physique.  
 
 
 

 

Le premier étant Jean Perrin, prix Nobel en 1926 ( pour l’étude du mouvement brownien moléculaire ) et fondateur de cet exceptionnel établissement dédié à la promotion de la culture scientifique.
 
 
 
George Smoot, cosmologiste américain, né en 1945, travaillant au célèbre Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL) de l'Université de Berkeley Californie.
 
George Fitzgerald Smoot, 61 ans, mathématicien d’origine, est docteur en physique des particules . Devenu cosmologiste en travaillant avec Luis Alvarez (celui des Dinosaures et de la couche KT), il met au point avec lui un appareil permettant de mesurer d'infimes différences de températures du fond diffus.
 
G Smoot est lié à la découverte du fond diffus cosmologique (CMB Cosmic Microwave Background) découvert par Arno et Penzias (eux aussi Prix Nobel), car il s'intéresse à la structure à grande échelle de l'Univers. Il participe activement au projet COBE.
C'est à la suite de cette invention qu'il participe au projet COBE (Cosmic Background Explorer) de la NASA.
 
 
 
 
 
 
 
 
Le fond diffus cosmologique, prévu par G.Lemaître qui le cherchera toute sa vie dans les rayons cosmiques, est précisé par Gamov et capté pour la première fois par Emile Le Roux dès 1955 au laboratoire d’Yves Rocard à Normale Sup avec des paraboles abandonnées par les Allemands et premiers instruments de la radioastronomie naissante.
La découverte historique aura lieu 10 ans plus tard par Penzias et Wilson qui ne comprirent pas leur découverte ( ce sont Dick et Peebles qui trouveront ).
 
G Smoot dira d’entrée que nous vivons l’âge d’or de la cosmologie et que beaucoup de découvertes majeures sont à venir bientôt , grâce notamment au satellite Planck de l’ESA.
 
La vision des premières anisotropies du CMB sera pour Stephen Hawking la plus belle découverte du XX ième siècle et la manifestation la plus aboutie du génie humain.
 
Aussi Smoot reprend la succession des découvertes depuis les Grecs, il en arrive à ses travaux dès 1966. Il met au point avec Alvarez un radiomètre différentiel afin de déceler des différences de température du fond diffus qui, à l’époque paraissait parfaitement uniforme et en contradiction avec les observations d’amas de galaxies.
 
Il monte le tout sur un avion U2 à 20.000 mètres d’altitude. Il découvre les effets de la rotation de la Terre autour du Soleil par effet Doppler et calcule pour la première fois la vitesse de notre galaxie, 600 km/s, vers le Grand Attracteur.
 
 
Les grandes structures se formant très progressivement Smoot en déduit que les formations de galaxies doivent se voir par des très faibles écarts de température, donc de matière originelle.
 
Il propose à la NASA qui accepte de refaire son expérience de détection de variation de température en s’affranchissant de l’atmosphère avec un appareil de son invention ( DMR Differential Microwave Radiometer supportant des bolomètres ).
 
 
Le professeur Smoot visite le montage de COBE, il est à droite sur la photo.
Le satellite COBE confirme le bruit de fond cosmologique à 2,728K, le ciel semble uniforme et isotrope.
 
 
Avec un budget de 160 millions de dollars, le satellite COBE est lancé le 18 novembre 1989 avec un retard du à l’explosion de la navette Challenger et ce n’est que 2 ans plus tard, le 23 avril 1992 qu’il publie les résultats prouvant d’infimes, mais réelles, anisotropies du fonds diffus, les fameux grumeaux roses et bleus.
 
 
Les données brutes de COBE montrent le dipôle dû à la rotation de la Terre et de notre galaxie (611km/s). en soustrayant le dipôle on met au jour la représentation du bas de la photo, à laquelle on va retrancher le rayonnement de notre propre galaxie, pour aboutir à la photo suivante.
Le satellite COBE permet grâce aux instruments de G Smoot de déceler d'infimes variations de température du fond cosmologique. Les galaxies vont se former dans les régions légèrement plus dense (plus froides) en bleu, le vide subsistera dans les régions roses
 
 
 
 
 
Smoot est le spécialiste des détections infimes variations qu’il assimile à des harmoniques d’instruments de mesures pour lui le fond diffus donne le chant de l’Univers Primordial et François Bouchet, suite à une question du public, fit l’analogie avec les rides harmoniques entendues du Soleil.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
G Smoot affina ses résultats avec ses bolomètres sur le ballon stratosphériques MAXIMA.
 
Il travaille aujourd’hui sur le fond diffus infrarouge ( dont nous a parlé Hervé Dole ) et fait aussi parti de l’équipe de SNAP (Super Nova Acceleration Probe) sur la détection de l’énergie noire.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
En conclusion :
 
·        C'est une période vraiment très intéressante
·        Nous avons mis sur pied un modèle de cosmologie qui peut être testé et confirmé par les observations.
·        Ce modèle nous donne une idée de la création et de l'évolution de notre Univers.
·        On peut même prédire statistiquement ce qui peut arriver avec une grande précision.
·        C'est un accomplissement intellectuel énorme.
 
 
 
Merci George Smoot d'avoir consacré un peu de votre temps à Paris.
 
 
 
POUR ALLER PLUS LOIN:
 
 
Les harmoniques de l'Univers, introduction à la conférence par le CNES.
 
Introduction à la cosmologie et Planck , à l'écoute du premier cri de l'Univers, document pdf de 12 pages par Olivier Perdereau du LAL (Laboratoire de l'Accélérateur Linéaire), très clair et à la portée du plus grand nombre.
 
Dans le même genre, les très riches heures du CMB en pdf de 5 pages, du même auteur.
 
G Smoot a aussi un site pour les jeunes (en anglais of course mais facile), il explique aussi la genèse de ce site.
 
Il a aussi crée sur un site, plusieurs posters très connus sur les particules et l'astronomie, notamment :
 
L'univers (histoire et destin) en format pdf  et aussi celui ci
 
Les particules tout sur les particules fondamentales et leurs interactions.
 
 
Sur ce site voir les archives :
 
Sur la Cosmologie et plus particulièrement Les anisotropies du CMB : CR de la conférence de R Durrer à l'IAP.
Et Les Astroparticules à la BnF : Des participations exceptionnelles, compte rendu
 
Sur WMAP : De nouveaux résultats enfin!
Sur Planck : En cours de test
 
 
 
 
 
 
C'est tout pour aujourd'hui!
 
 
Bon ciel à tous
 
Jean-Pierre Martin  http://www.planetastronomy.com/