logoplanetastr67

 

Mise à jour le 15 Avril 2018

VEGA LOGO ROUGE   

        CONFÉRENCE VEGA de David VALLS-GABAUD,

Directeur de recherches au CNRS,
Astronome au LESIA Observatoire de Paris

Organisée par l'Association d'Astronomie VEGA et la Mairie de Plaisir

Au théâtre Robert Manuel (Château de Plaisir)

«ARCHÉO-ASTRONOMIE : DES MYTHES AUX RÉALITÉS»

Le Samedi 31 Mars 2018 à 20H30

 

Photos : JPM pour l'ambiance. (Les photos avec plus de résolution peuvent m'être demandées directement)

Les photos des slides sont de la présentation de l'auteur. Voir les crédits des autres photos si nécessaire

La présentation (avec toutes les vidéos) est disponible sur ma liaison ftp , rentrer le mot de passe  puis CONFÉRENCES VEGA ensuite SAISON 2017/2018 ; elle s’appelle : Non pour des raisons de copyright.

Ceux qui n'ont pas les mots de passe doivent me contacter avant.

 

 

 

BREF COMPTE RENDU

 

 

 

 

 

David Valls-Gabaud est astronome au LERMA (Laboratoire d’Études du Rayonnement et de la Matière en Astrophysique et Atmosphères) de l’Observatoire de Paris.

 

Il est aussi membre de la société astronomique de France (SAF).

Sa thèse présentée en 1991 avait pour sujet :

Contributions à l'étude de la distribution, évolution et formation des galaxies

 

Il a été à Cambridge à l’IFA quelques années et a aussi eu l’occasion de rencontrer le célèbre Fed Hoyle.

 

Il a effectué des missions à l’ESO au Chili et à Hawaï au CFHT.

 

Il donne aussi de nombreux cours et conférences publics.

Notamment à la SAF :  Nouveaux regards sur M31 :

 

 

 

 

Il nous parle ce soir du lien (à déterminer) entre astronomie actuelle et astronomie des Anciens.

Sa présentation est sous-titrée : Des mythes aux réalités !

 

 

La blague des Mayas !

 

 

Il commence par ce qu’il appelle « la blague » de la fin du monde du 21 Dec 2012 soi-disant apparue dans le calendrier Maya.

 

Explication du système numérique maya, très compliqué : à la fois base 20 et 18 !

 

L'année 2012 marquait ainsi la fin d'un cycle de 5125 années, mais rien n’indiquait qu’il s’agissait d’une catastrophe, tout au plus le début d’un nouveau cycle!

Signalons que même si les Mayas pouvaient avoir prédit la fin du Monde, …….ils ont disparu 1000 ans avant leur prédiction.

 

 

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Sur les Mayas :

 

Le système numérique maya

 

Le système mathématique maya

 

Mayas : la fin du monde le 21 décembre 2012

 

Les Mayas et la fin du monde : CR de la conférence IAP de H Bravo-Alfaro du 2 Juin 2015

 

La fin du monde n’aura pas lieu le 21 Déc 2012 : Mais dans quelques milliards d’années sûrement ! Par votre serviteur !

 

 

 

 

Les mystères de la grande Pyramide.

 

 

Charles Piazzi Smyth était un astronome écossais qui s’et beaucoup intéressé à la Grande Pyramide d’Égypte.

 

Il va en Égypte en 1864 et se spécialise dans la Grande Pyramide.

 

Il y voyait tout un tas de symbole ésotérique et de chiffres liés aux dimensions de cette pyramide.

 

Mais comme on dit en politique : on peut faire dire aux chiffres tout ce que l’on veut !

On peut toujours trouver des coïncidences

.

Il décède en 1900 et se fait enterrer sous une petite tombe en forme de…pyramide.

 

À mon avis, si vous voulez des aventures, rien ne vaut « Le Mystère de la Grande Pyramide » du maître Edgar P Jacobs !

 

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Sur la Pyramide et l’Égypte :

 

The Pyramid Inch and Charles Piazzi Smyth in Egypt

 

Théories folles de l'Histoire: l'énigme de la Grande Pyramide par l’Express

 

Révélation des pyramides, info ou intox ?

 

Cadrans égyptiens au Louvre. Et le Zodiaque de Dendera.

 

 

 

 

La période préhistorique européenne :

 

 

 

Quand les premiers Hommes ont-ils pris conscience du ciel ?

 

10.000 ans ou 2.000 ans avant notre ère ? Avant les Babyloniens ou non ?

 

On a pu interpréter des signes astronomiques dans des peintures rupestres comme à Lascaux.

 

Absurde d’après David.

 

 

De même pour les pétroglyphes australiens.

 

 

 

Ile de Pâques : à 3000km de la terre habitée la plus proche.

 

À priori rien d’astronomique dans toutes les statues et marques de cette île.

 

Beaucoup de fantasmes.

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

 

Sur la préhistoire :

 

Sous le ciel étoilé de Cro-Magnon

 

Une paléastronome à la grotte Lascaux

 

Le disque de Nebra ou le ciel forgé

 

Archéoastronomie dans l'île de Pâques

 

 

 

La culture Anasazi du Chaco Canyon :

 

 

Il semble bien que les Anasazis (vers le Xème siècle) aient eu des connaissances astronomiques, il y avait clairement une intention dans les diverses inscriptions.

 

Des constructions sont alignées en fonction du soleil ou de la lune.

 

 

Illustration : le Chaco Canyon et de le poignard du Soleil

d’après The Ancient Roots of Science Ancient Greek Science. Par E Oborn.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Sur Chaco Canyon :

 

The Mystery of Chaco Canyon - The Solstice Project

 

The Sun Dagger at Chaco Canyon

 

Strange Petroglyph in Chaco Canyon May Represent Ancient Total Solar Eclipse

 

 

 

 

 

Stonhenge :

 

 

On ne peut pas parler archéoastronomie et ne pas parler de Stonehenge.

 

 

http://www.planetastronomy.com/special/2012-special/19-23sep/anglet99.jpg

 

Le site mégalithique de Stonehenge aurait été construit en 3 phases, la plus ancienne datant de 3000 ans et la plus récente de 1000 ans avant notre ère.

 

Les pierres bleues proviennent d’environ 200km à l’intérieur du pays ; elles ont été identifiées comme étant de la dolérite et auraient été acheminées par mer au plus près du site.

 

Même si on ne sait pas encore tous les détails sur l’utilité de cet ensemble, il est certain que le solstice d’été y a joué un rôle.

 

(Photos du voyage SAF en GB en 2011)

 

 

 

 

 

C’est un site qui a toujours fasciné les archéologues et les astronomes.

 

Un temple mégalithique ? Un observatoire astronomique ? Un monument funéraire ? Tout cela à la fois ???

 

Le carbone 14 nous a aidé à dater le site : il a été construit en plusieurs phases entre 3000 et 1500 ans avant notre ère.

 

Les pierres utilisées sont un mystère : certaines viennent de 20km et d’autres de très loin, de 250km. Pourquoi ?

 

 

 

 

 

 

Il apparait aussi qu’autour de Stonehenge, on a trouvé des lieux dignes d’intérêt que l’on découvre sur cette vue aérienne :

 

Crédit : Stonehenge Hidden Landscapes Project    Vue aérienne DigitalGlobe

 

Toute une série de petits monuments a été mise au jour.

On peut situer les différents sites sur cette autre vue aérienne.

 

 

 

 

Un site mégalithique plus conséquent a été trouvé à Durrington Walls, appelé Superhenge.

 

 

 

Une soixantaine de pierres (dolmens ?) est érigée en forme d’arc de cercle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une remarque de David, le pays qui a le plus élevé de dolmens ; c’est…la Corée !!!

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Sur Stonehenge :

 

Site officiel de Stonehenge

 

Stonehenge secrets revealed by underground map par la BBC

 

Les découvertes archéologiques : Durrington Walls et le Superhenge

 

Superhenge discovered 3km from Stonehenge

 

Hidden Monuments Under Stonehenge Revealed by High-Tech Mapping par Nat Geo

 

Stonehenge hidden landscapes project.

 

https://youtu.be/dTA-DUlt4Ow vidéo sur Durrington Walls

 

Remains of major new prehistoric stone monument at Durrington Walls discovered

 

Stonehenge et ses énigmes

 

 

 

 

 

 

 

La machine d’Anticythère.

 

La machine (ou mécanisme) d’Anticythère (lieu où elle a été découverte) est probablement le premier calculateur de positions astronomiques de la période antique.

 

Le mécanisme est complexe, il est en bronze, comprenant de nombreuses roues dentées disposées sur plusieurs plans mais liées entre elles.

http://www.planetastronomy.com/special/2015-special/11mar/clip_image008.jpg

La machine d'Anticythère est le plus vieux mécanisme à engrenages connu. Ses fragments sont conservés au musée national archéologique d'Athènes. À priori il n’existe aucun autre objet similaire.

 

 

Cette relique a été trouvée en 1901 dans une épave d’une galère romaine datant du premier siècle avant notre ère ; lors d’une plongée de pécheurs d’éponges. Elle aurait été explorée par Cousteau en 1978.

 

Cela se passait au large de l’Île d’Anticythère (étymologiquement : en face de Cythère), au Nord de la Crète.

 

D’autres pièces sont remontées de l’épave, elles sont toutes à Athènes.

 

Photo : partie avant de la machine d’Anticythère. (© JJ Dupas)

 

 

 

 

 

Les analyses par rayons X permettent de dévoiler la complexité de cette machine.

 

Nombreuses roues dentées (une trentaine) comme on le voit sur la coupe tomographique ci-contre ou sur celle-ci.

 

 

Il y a même des roues à 57 dents, on se demande comment ils ont pu fabriquer une telle roue, 57 étant un nombre premier pas facile à utiliser.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement un « mode d’emploi » a été écrit sur une face de cette machine.

 

 

Il est en Grec du IIème siècle avant notre ère.

On pense qu’il date de l’époque d’Archimède.

 

Je reprends une partie de mon compte rendu de la conférence de JJ Dupas sur ce sujet :

 

 

 

 

 

 

Il devait y avoir un mécanisme d’horlogerie actionné à la main par une manivelle servant à calculer la position du soleil de la lune et des planètes vue de la terre et à prédire les éclipses de lune et de soleil.

La complexité de la conception – plus de trente roues dentées - et le fait qu’elle embarque l’état de l’art de l’astronomie de l’époque montre le génie de ses concepteurs. Cette machine malgré une grande complexité interne, possède plusieurs trains épicycloïdaux, elle était d’un usage très simple on le pense.

Il suffisait à l’opérateur de tourner une manivelle jusqu’à ce qu’un des cadrans affiche une position désirée (jour, alignement soleil-lune…) et directement l’opérateur pouvait lire sur les autres cadrans les correspondances dans d’autres cycles.

La grosse surprise, découverte récente, est qu’un cadran servait aussi à indiquer les olympiades ainsi que les autres jeux, dont les dates étaient très importantes pour les grecs. La machine avait donc un rôle social en plus de son usage de calculateur analogique.

 

Des scientifiques imaginent aussi comment toutes ces roues dentées devaient s’imbriquer, comme on le voit sur la représentation ci-dessous :

 

http://www.planetastronomy.com/special/2015-special/11mar/clip_image013.jpg

Front dials : face avant ; au niveau de input : il y avait une manivelle

Back dials : face arrière avec représentation des différents types de calendriers.

 

 

 

Le mécanisme tient compte de différents calendriers (lunaires, luni-solaire, solaire,  …) on y trouve :

·         Un cycle Métonique de 235 mois synodiques lunaires (luni-solaire de 19 ans) qui tient compte aussi des Jeux de l’époque (olympique, etc..)

·         Un cadran zodiacal basé sur un calendrier égyptien

·         Un cadran lié au Saros  (223 lunaisons) important pour les éclipses.

 

On pense qu’il pouvait ressembler à un modèle reconstruit de nos jours et présenté comme cette illustration de Scientific American.

 

Suivant que l’on s’intéresse au Soleil, à la Lune, au calendrier ou aux planètes on fait jouer différents jeux d’engrenages.

 

 

 

 

 

Serait-ce le premier ordinateur analogique, on évalue la date de sa construction vers -86.

 

Pour conclure David Valls Gabaud nous passe une petite vidéo sur le fonctionnement supposé de cet élément.

 

Virtual Model of the Antikythera Mechanism by Michael Wright and Mogi Vicentini

 

 

 vidéo :

 

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Sur la Machine d’Anticythère :

 

La Machine d’Anticythère ; CR de la conférence SAF de JJ Dupas le 11 Mars 2015

 

Decoding an Ancient Computer, article de Scientific American de 2009.

 

The Antikythera Artifact.

 

Hublot La mécanique d'Anticythère

 

Les Leçons d'une Machine à Remonter le Temps  très bon à voir

 

The Cosmos in the Antikythera Mechanism par Tony Freeth and Alexander Jones

 

Autres vidéos à voir :

 

La fabuleuse Machine d'Anticythère par le ministère de la culture Hellénique. Superbe.

 

La Machine d'Anticythère : Les engrenages différentiels chez les Grecs

 

 

 

 

 

 

POUR ALLER PLUS LOIN :

 

Quelques ouvrages sur l’astronomie des anciens :

 

 

Astronomies du passé par Yael Nazé chez Belin

 

Les instruments de l'astronomie ancienne : De l'Antiquité à la Renaissance par Ph Dutarte

 

La Signification Astronomique Des Pyramides D'Égypte - L'ordre Céleste Recréé Karine Gadre

 

 

 

 

PROCHAINE CONFÉRENCE VEGA : SAMEDI 19 Mai 2018 20H30

TRM COMMUNS DU CHÂTEAU DE PLAISIR

 

LE BIG BANG : NAISSANCE ET ÉVOLUTION DE NOTRE UNIVERS!

 

Par Olivier LAURENT astrophysicien membre de VEGA.

 

Entrée libre

 

 

 

Bon ciel à tous

 

 

Jean Pierre Martin 

www.planetastronomy.com

Abonnez-vous aux astronews du site en envoyant votre e-mail.